Paysages en vue(s)

28 septiembre 2019 - 31 diciembre 2019 | Gratuit
  • Bogdan Konopka, Ardennes, avril 1994 © Bogdan Konopka, courtesy. Galerie Françoise Paviot.
  • Paul Huet, Le gave débordé, vers 1845 © Photos-contact, Beauvais
  • Alfred Roll, Le chemin montant, 1873 © RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / René-Gabriel Ojéda.
  • Bogdan Konopka, Les faux de Verzy © courtesy, galerie Françoise Paviot.
  • Théodore Caruelle d’Aligny, Le Jeune Pâtre, 1834-1835 © RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Hervé Lewandowski.
  • André Devambez, Vue du pont de l’Europe – Effet de soir, 1906 © MUDO – Musée de l'Oise / Stéphane Vermeiren.
  • Yves Marchand & Romain Meffre Crossen, Allemagne, 2009 © courtesy Polka Galerie.
  • Gilles Marie Oppenard, Caprice architectural, 1692-1699 © MUDO-Musée de l'Oise / Stéphane Vermeiren.
  • Jürgen Nefzger, Série Vall Fosca, Espagne : Loi du sol © courtesy, galerie Françoise Paviot.
  • Léon Bonnat, Le Lac de Gérardmer, 1893 © RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Hervé Lewandowski .
  • Raphaël Chipault/Gilles Gerbaud, Le coureur, 2006-2009 © courtesy, galerie Françoise Paviot

Le MUDO-Musée de l’Oise présente du 28 septembre au 31 décembre 2019 au 1er étage du palais épiscopal, l’exposition Paysages en vue(s) : Paysage, territoire, environnement dans le cadre des Photaumnales, festival photographique organisé par l'association Diaphane, pôle photographique en Hauts-de-France.

 

Du paysage…

Comme l’écrit Pierre Nora dans Les Lieux de mémoire, « Le paysage est d’abord celui du peintre, c’est lui qui l’a en quelque sorte inventé ». S’il constitue une donnée sensible en ce qu’il est visible immédiatement, ce sont bien les dessinateurs et les peintres qui – les premiers – en restituent une image plus ou moins fidèle. Avec le développement de la photographie, d’autres artistes s’attacheront à leur tour à faire partager leur vision sensible du paysage. Le MUDO – Musée de l’Oise met en perspective ces représentations, faisant dialoguer une sélection de peintures anciennes et modernes appartenant à ses collections avec des œuvres réalisées par des pionniers de la photographie et des artistes d’aujourd’hui.

…au territoire et à l’environnement

Image verticale, le paysage ne serait qu’une traduction incomplète de ce que perçoit ou interprète l’artiste si ne lui était adjointe l’oeuvre de précision du topographe : la carte révèle le territoire. Peintures de paysages, clichés photographiques et cartographies donnent à voir en deux dimensions autant de représentations d’une première réalité. La modernité, ses développements et ses débordements révèlent la notion d’environnement.

Constructions et perceptions

Sublimée par les peintres et par leurs successeurs, la nature n’est pourtant plus aujourd’hui qu’exceptionnellement exempte de la main de l’Homme. L’exposition propose un parcours en quatre séquences, confronte peinture et photographie autour des thématiques du paysage transfiguré, du territoire parcouru, de la construction et de la déconstruction, du territoire comme enjeu de pouvoir. Elle montre Camille Corot (1796-1875) à la fois peintre et photographe, révèle le travail de six photographes d’aujourd’hui : Bogdan Konopka (né à Wroclaw en Pologne en 1953), Raphaël Chipault (né à Paris en 1969) et Gilles Gerbaud (né à Paris en 1967), Yves Marchand (né à Orsay en 1981) et Romain Meffre (né à Chatenay-Malabry en 1987), Jürgen Nefzger (né à Fürth en Allemagne en 1968). Parce que cette réalité serait probablement par trop aride sans l’œil d’un géographe et d’un homme de lettres, la plume de Julien Gracq (1910-2007) a été convoquée.

Commissariat : Claudine CARTIER, conservateur général honoraire du Patrimoine.

ENTRÉE GRATUITE

Exposition visible tous les jours de 11h à 18h (sauf le mardi)

Renseignements au 03 44 10 40 50 - contact.mudo@mudo.oise.fr  

Le palais Renaissance est accessible aux personnes à mobilité réduite.