Vue du Nil de Basse Egypte, vers 1840

MARILHAT Prosper

Vertaizon, 1811 ; Paris, 1847

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Adrien Didierjean - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur panneau (une planche non parquetée). Cadre en bois sculpté doré et peint.

H. 35,5 cm ; L. 58 cm ; Ep. 0,8 cm ; Pds 2,8 kg (bois+cadre)

don manuel

95.21

En savoir plus

De 1831 à 1833, Marilhat voyage en Grèce, en Syrie et en Palestine. Il séjourne plus longuement en Égypte, au Caire puis à Alexandrie. Il y puise une inspiration intarissable, dessine, esquisse et note dans des carnets. Près de sept ans après son retour à Paris, ce sont ces études qui l'aident à recomposer ce paysage nostalgique tout en lumière et en reflet. Le lieu évoque Rosette (aujourd'hui Rachid), une ville non loin du débouché du Nil dans la mer Méditerranée, là où a été découverte la fameuse pierre dont les inscriptions permirent à Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes.