Village au bord de l'eau, vers 1870

CHAUVEL Théophile-Narcisse

Paris, 1831 ; Paris, 1910

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / René-Gabriel Ojéda - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur papier, marouflé sur carton, marouflé sur toile. Cadre en bois peint noir et doré.

H. 31,7 cm ; L. 39,8 cm ; Ep. 2 cm ; Pds 1,4 Kg (supports + cadre)

donation

998.10.18

En savoir plus

Acquis par la donatrice à la galerie Gaubert à Paris en juin 1978.

Dans ce paysage d'Ile-de-France, Chauvel traduit magistralement, dans un éclairage latéral sous un ciel d'orage parcouru de nuages, l'effet lumineux fugitif, très « lumière du Nord », capté par la pierre blonde des maisons et du moulin, qui irradie de soleil, balayant le feuillage velouté des saules au centre, le vert vif des ajoncs à droite. Le point de vue d'une horizontalité et d'une frontalité voulues, dans la filiation des maîtres hollandais, fait se succéder, de bas en haut, et s'interpénétrer le miroir calme de l'étang accueillant les reflets atténués des maisons, des arbres et des nuages, l'écran de végétation séparant l'eau du ciel, lui-même déployé sur les deux tiers du tableau. Cette étude d'après nature est d'une vivacité et d'une franchise de facture proche du travail sur le motif. Jouant de vigoureux contrastes de lumière et de couleur, Chauvel se rapproche ainsi des recherches de Daubigny, le guetteur infatigable des changements atmosphériques. Le coloris, clair, permet de dater cette œuvre autour des années 1870. (Josette Galiègue, 2004)