Vase aux ouchebtis, entre 1838 et 1843

ZIEGLER Jules-Claude

Langres, 1804 ; Paris, 1856

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Adrien Didierjean - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Vase en grès de forme fermée, à panse ovoïde à épaulement arrondi, col cylindrique à terminaison évasée et lèvre en bandeau droit, deux anses latérales verticales.

H. 32,7 cm ; D. 24 cm (au plus large) ; Poids 1,7 Kg

achat

96.4

En savoir plus

Ce « Vase aux ouchebtis ou « Vase égyptien » est décoré sur sa lèvre de six têtes de lion. Sur le col, une figure, placée de part et d'autre du départ des anses et se détachant en relief, est coiffée du Némès, la coiffe emblématique des pharaons d'Egypte, ici très stylisée et décorée d'ailes de vautour. A la base du col, sont déployés deux gros scarabées égyptiens en alternance avec des sortes d'écussons en forme de cœur. D'autres scarabées, disposés en semis sur la panse, sont interprétés dans un style naturaliste propre à l'artiste. Le pied est orné de six ouchebtis, statuettes funéraires qui faisaient partie du mobilier des tombes dans l'Egypte antique remplaçant par magie le défunt dans les travaux des champs de l'au-delà. D'où les attributs avec lesquels ils sont ici figurés : la houe et le panier. Ces ouchebtis sont séparés par un motif égyptisant composé de deux faucons affrontés de part et d'autre d'un papyrus stylisé. Les deux anses prennent la forme d'une guivre, ce serpent fabuleux proche du dragon. Ce vase s'inscrit dans la véritable égyptomania qui se développa au début du 19e siècle à la suite de l'expédition d'Égypte, militaire et scientifique, initiée par Napoléon 1er en 1798. Elle aboutit à la publication, de 1809 à 1826, de la fastueuse « Description de l'Égypte », recueil de près de mille planches représentant l'Égypte ancienne et contemporaine et ses monuments. (D'après Jacques Werren et Marie-Madeleine Massé.)