Vase aux Apôtres, entre 1838 et 1843

ZIEGLER Jules-Claude

Langres, 1804 ; Paris, 1856

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Tony Querrec - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Vase en grès en forme d'amphore, à col haut et caréné, panse ovoïde élancée et épaulement caréné, à deux anses latérales verticales. Moulage, application (décor).

H. 85 cm ; L. 43 cm (au plus large) ; Poids 15 Kg

legs

30.18

En savoir plus

Autre « Vase aux Apôtres » présent au MUDO – Musée de l'Oise (fragment) ; Inv. 12.293 ou Inv. 12.134

Très éclectique, le décor de ce vase intègre les registres artistiques rhénan et mauresque, voire byzantin. Ziegler s'inspire des grès rhénans du XVIIe siècle. Sur la partie centrale de la panse, dans un large bandeau, chacun des douze apôtres figure en pied, au centre d'une arcade à pilastres surmontée de son patronyme latin, accompagné de son symbole ou de l'attribut de son martyre : JACOB (Jacques le Majeur) avec la coquille et le bâton de pèlerin, MATHEUS (Matthieu), avec l'écritoire et le stylet, BARTOLOME (Barthélemy), tenant le couteau qui servit à l'écorcher vif, PHILIPPUS (Philippe), tenant la croix sur laquelle il fut crucifié, PAULUS (Paul), appuyé sur l'épée qui servit à sa décapitation, PETRUS (Pierre), portant les clés du Royaume des cieux, MATHIAS (Matthias), avec l'instrument de sa décapitation, THOMAS (Thomas), les mains en prière, THADDEUS (Thaddée), les mains jointes et le regard baissé, SIMON (Simon), tenant la scie de son supplice, ANDREA (André), reconnaissable à la croix, instrument de son martyre, JOHANNES (Jean), tenant la coupe de poison, qu'il but sans être incommodé. Un décor d'arabesques d'inspiration mauresque ponctue la partie inférieure de la panse, alors que le motif de l'agneau pascal figure sous la forme d'une frise en partie supérieure. Les anses prennent la forme végétalisée de vigoureuses feuilles d'acanthes. Suivant un modèle créé par Ziegler, le vase devait porter un couvercle figurant le Christ trônant en majesté, comme l'avait peint l'artiste dans la coupole de l'église de la Madeleine à Paris. Ce vase représente pour Ziegler l'aboutissement de ses recherches artistiques et techniques : il pose d'ailleurs à ses côtés pour son ami photographe Nadar.