Un cardinal, en 1876

ROBERT-FLEURY Joseph-Nicolas

Cologne, 1797 ; Paris, 1890

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Adrien Didierjean - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur bois. Dos du panneau recouvert d'une toile enduite en rouge et marouflée sur le bois. Cadre XIXe en bois mouluré, doré, à ornementations moulées avec cartel : « ROBERT-FLEURY ».

H. 53,7 cm ; L. 42 cm ; Ep. 1 cm ; Pds 18,4 Kg (cadre+support)

achat avec participation du FRAM

87.159

En savoir plus

Cette peinture est une reconstitution historique du cabinet de curiosités d'un puissant cardinal de la Renaissance. Sans que l'on puisse identifier le prélat représenté (mais s'agit-il seulement d'un portrait ?), Robert-Fleury illustre son goût pour la peinture vénitienne du XVIe siècle. La qualité du coloris est très rigoureuse dans le rendu du rouge de la robe du cardinal autour duquel gravite le reste de la composition. Avec beaucoup de précision jusque dans la technique et la touche, il introduit une sorte de naturalisme dans le genre historique. Ce cardinal anonyme, assis sur un fauteuil Louis XIII devant sa collection de peintures et tenant dans son giron une statuette antique, offre une vision standardisée du collectionneur. L'anonymat du modèle et la fonction décorative de l'oeuvre brisent la valeur et la fonction sociales antérieurement associées aux véritables portraits.