Rochers en forêt de Fontainebleau (Gorge-aux-Loups), entre 1840 et 1845

ALIGNY Théodore Caruelle d'

Château de Chaume (Nièvre), 1798 ; Lyon, 1871

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / René-Gabriel Ojéda - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur toile. Cadre en bois doré.

H. 29,6 cm ; L. 45,6 cm ; Ep. 1,8 cm ; Pds 2,8 Kg (toile + cadre)

donation

998.10.5

En savoir plus

Acquis à Paris chez Colignon par Maurice Boudot-Lamotte le 8 octobre 1923.

Le site, la Gorge-aux-Loups, a souvent inspiré l'artiste (cinq peintures et dix dessins répertoriés en 1988). Il est situé à peu de distance de Bourron, son port d'attache au sud de la forêt de Fontainebleau, où il peint en 1840, 1841, 1842, tout l'été et l'automne 1845. Cette vue d'un paysage pur, sans personnage, est fort intéressante, car elle constitue un jalon dans l'ensemble Aligny de Beauvais. Le naturalisme de l'étude est tempéré par un dépouillement du motif et la recherche de synthèse de la forme et de la couleur des éléments de nature, mis en évidence dans le tableau qui s'articule autour de l'arbre maigre et dénudé, dressé presque au centre, dans la lumière, taché d'ombres circulaires en raison de l'éclairage latéral. Ombres que l'on retrouve sur les trois rochers situés dans la même zone. Le premier plan à gauche est tout à fait plat, sans matière picturale. Le feuillage des arbres n'est pas détaillé, mais traité en petites masses rondes. Cette économie des moyens traditionnels de la peinture est le choix du peintre qui poursuit son travail de stylisation voire d'abstraction nécessaire dans la voie qu'il s'est tracée. (Josette Galiègue, 2004)