Portrait de Madame de La Rivière, entre 1835 et 1845

COUTURE Thomas

Senlis, 1815 ; Villiers-le-Bel, 1879

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Martine Beck-Coppola - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre doré en bois, à moulure et ornementations moulées. Deux morceaux de toile assemblés par une couture au point de « bourdon » à 11 cm du bord inférieur.

H. 127,9 cm ; L. 89,4 cm ; Ep. 2,4 cm ; Pds 45 kg (toile+cadre)

don manuel

77.442

En savoir plus

Célèbre par le tableau des « Romains de la décadence » (Paris, musée d'Orsay) exposé au Salon de 1847, Couture devait pourtant gagner sa vie grâce aux nombreux portraits de notables et de célébrités de l'époque. Dans une lettre, il évoque cruellement : « une bonne grosse veuve, brune et dont les mains dodues semblaient contenir des écus […] femme enrichie par le commerce et dont les espérances consistent à faire peau neuve avec l'argent du défunt » (extrait de la « Correspondance de Thomas Couture », Musée national du château de Compiègne). L'identité du modèle n'est attestée que par la tradition. En 2002, la restauration de ce tableau a révélé le fond de paysage, dont le rendu sensible renforce le réalisme du portrait. Pour ses portraits, Manet qui fut élève de Couture, retiendra la leçon de ce réalisme robuste.