Portrait de la Comtesse de Gobineau, en 1850

SCHEFFER Ary

Dordrecht, 1795 ; Argenteuil, 1858

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Adrien Didierjean - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre bois peint en noir. Tableau originellement ovale.

H. 54,5 cm ; L. 47,5 cm ; Ep. 2 cm ; Pds 7,4 Kg (toile+cadre)

don manuel

74.27

En savoir plus

A la mort de la comtesse Gabrielle Clémence de Gobineau, sa fille Christine Serpeille de Gobineau hérite du tableau, puis sa petite-fille Antoinette Chancerel-Gobineau, qui en fera don au musée.

Lorsqu'en 1850 Ary Scheffer peint ce portrait de la comtesse Clémence de Gobineau (1816-1911), il est depuis longtemps un artiste reconnu sur la scène artistique parisienne. Profitant de ses succès au Salon pour toucher une clientèle mondaine, aristocratique ou bourgeoise, il devient un portraitiste recherché. Il peint notamment Liszt en 1837 et Chopin en 1846. Scheffer fait la connaissance d'Arthur de Gobineau en 1840, par l'intermédiaire du peintre allemand, German von Bohn, au salon que tient Madame de Serre, veuve d'Hercule de Serre, l'ancien ministre de Louis XVIII. Dix ans plus tard, sa femme choisit donc un peintre en vue et respecté, qui plus est ami de son mari, pour réaliser son portrait. Si l'on y voit l'influence d'Ingres, l'extrême sobriété de la pose qui met en valeur le port de tête, et la suavité du visage animé d'un demi-sourire sont caractéristiques de Scheffer.