Mortefontaine, vers 1800

NAUDET Thomas-Charles

Paris, 1773 ; Paris, 1810

ZOOMER: passer la souris

© MUDO - Musée de l'Oise / Stéphane Vermeiren - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Eau-forte en couleurs sur papier collé sur carton.

H. 17,7 cm ; L. 25,8 cm (dimensions au trait carré) ; H. 27 cm ; L. 34,7 cm (dimensions de la feuille) ; H. 30 cm ; L. 38 cm (dimensions du carton)

achat

47.280

En savoir plus

Planche de l'ouvrage de Jacques Cambry, « Description du département de l'Oise », Paris, Imprimerie Didot l'Ainé, 1803. Achat sur l'initiative de M. Leblond, gardien du musée, à une vente anonyme à Beauvais en 1947 d'une série de 27 estampes conservées au MUDO - Musée de l'Oise : Inv.47.267 à Inv.47.285 et Inv.47.290 à Inv.47.295.

La vue représente le pont chinois dans le petit parc de Mortefontaine. A l'instar de l'œuvre de son ami, le marquis de Girardin, à Ermenonville, Philippe le Peletier, richissime aristocrate et financier, décide dans les années 1770 de transformer sa propriété de Mortefontaine en jardin anglo-chinois. Revendu au moment de la Révolution, le domaine de Mortefontaine fut racheté par Joseph Bonaparte et connut son heure de gloire. Evénements importants et fêtes s'y succèdent jusqu'à la fin de l'Empire. En 1800, à l'occasion du traité entre la France et les Etats-Unis, le préfet Cambry apporta quantité de monnaies d'or antiques trouvées dans le département qui furent remises en cadeau aux délégués américains.