Manufacture de toiles peintes, à Beauvais, vers 1800

NAUDET Thomas-Charles

Paris, 1773 ; Paris, 1810

ZOOMER: passer la souris

© MUDO - Musée de l'Oise / Stéphane Vermeiren - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Eau-forte en couleurs sur papier collé sur carton.

H. 16,1 cm ; L. 22,5 cm (dimensions au trait carré) ; H. 26,8 cm ; L. 35 cm (dimensions de la feuille) ; H. 30 cm ; L. 38 cm (dimensions du carton)

achat

47.295

En savoir plus

Planche de l'ouvrage de Jacques Cambry, « Description du département de l'Oise », Paris, Imprimerie Didot l'Ainé, 1803. Achat sur l'initiative de M. Leblond, gardien du musée, à une vente anonyme à Beauvais en 1947 d'une série de 27 estampes conservées au MUDO - Musée de l'Oise : Inv.47.267 à Inv.47.285 et Inv.47.290 à Inv.47.295.

Sur cette gravure, Charles Naudet montre une fabrique de toiles peintes de coton, appelées indiennes, située derrière l'ancien Palais épiscopal de Beauvais. Les toiles sont étendues sur le sol pour le blanchiment. Cette étape de fabrication venait après la fixation des couleurs et juste avant une ultime retouche au pinceau pour appliquer les dernières couleurs. Au début du 19e siècle, il existait encore huit fabriques d'indiennes qui employaient 860 ouvriers à Beauvais. Cette industrie qui s'était implantée dans la ville au milieu du 18e siècle, avait beaucoup souffert du traité de commerce passé avec l'Angleterre en 1786, et va aller en déclinant rapidement dans la première moitié du 19e siècle.