Les Trois Glorieuses ou La Force a reconquis ses nobles couleurs aux trois mémorables journées de juillet 1830, après 1830

BLONDEL Merry-Joseph

Paris, 1781 ; Paris, 1853

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Hervé Lewandowski - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadré en bois mouluré doré avec vitre.

H. 73 cm ; L. 59 cm ; Ep. 2,2 cm ; Pds 13,6 Kg (toile + cadre avec vitre)

achat

71.127

En savoir plus

Oeuvre en rapport : « Etude pour Les Trois Glorieuses », huile sur toile (Inv. 87.158), également conservée au MUDO-Musée de l'Oise.

La Révolution de Juillet 1830, révolution française à la faveur de laquelle un nouveau régime, la Monarchie de Juillet, succède à la Seconde Restauration (1815-1830), se déroule sur trois journées, les 27, 28 et 29 juillet 1830, journées dites les « Trois Glorieuses ». Après ces évènements, les artistes français ont organisé avec le soutien de l'État « l'Exposition au profit des blessés des 27, 28 et 29 juillet 1830 » dans la galerie du Luxembourg à Paris. Merry-Joseph Blondel y présenta cette allégorie, qui symbolise la victoire du peuple français restaurant la Liberté. Pour célébrer l'héroïsme des insurgés et leur sacrifice au nom des valeurs républicaines, la Liberté est une des valeurs prépondérantes représentées lors de cette exposition de 1830. Elle devient la muse du Roi-Citoyen, garante du bon gouvernement, de la justice et de l'ordre.