Le vieux garde-chasse Gassois à Hénonville (Oise), entre 1824 et 1825

DECAMPS Alexandre Gabriel

Paris, 1803 ; Fontainebleau, 1860

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Thierry Ollivier - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre en bois doré à ornementations moulées.

H. 50,3 cm ; L. 70,5 cm ; Ep. 2,5 cm ; Pds 5,4 kg (toile+cadre)

achat

97.223

En savoir plus

Cette étude a peut-être été exécutée en février 1825 lorsque Decamps indique dans sa correspondance avoir fait un voyage de chasse à courre à Hénonville dans l'Oise chez son protecteur, le baron d'Ivry.

Scène montrant un garde-chasse, vêtu d'un costume hérité de la période napoléonienne encore proche, assis devant un mur en pierres blanches en ruines, dévoilant à l'arrière-plan à gauche un paysage. Oeuvre de jeunesse de l'artiste, par son sujet lié au thème de la chasse, par son style très libre, proche de l'aquarelle, ce rare tableau est considéré comme une oeuvre clé de cette période, où Decamps simplifie son motif principal, lui donnant ici une monumentalité impressionnante dans une lumière dorée. La figure se détache sur un mur blanc en harmonie avec un ciel d'orage à la Georges Michel, qui contraste avec l'unique arbre, vert vif. La mise en place du fond blanc lumineux annonce le parti qu'en fera l'artiste par la suite dans la plupart de ses scènes de genre, orientales ou non, ou ses sujets ruraux. Outre ses qualités picturales, cette toile, bien documentée, offre un intérêt historique pour la carrière de l'artiste et le patrimoine de l'Oise. L'inscription manuscrite au revers qui précise le sujet et les circonstances du tableau, indique qu'il a été exécuté à Hénonville dans l'Oise, chez le fameux baron d'Ivry, ardent zélateur de l'Ecole du paysage de 1830 et protecteur de Georges Michel, comme de Decamps à ses débuts. La famille de Jean-Baptiste-Maurice Roslin d'Ivry était en effet, depuis deux générations de fermiers généraux, propriétaires du château à Hénonville. Lui-même, officier de louveterie du département de l'Oise, veillait aux destinées de la commune depuis 1813.