Le pèlerinage de la Vierge Marie, en 1865

COUTURE Thomas

Senlis, 1815 ; Villiers-le-Bel, 1879

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Martine Beck-Coppola - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre en bois mouluré doré à ornementations moulées. La toile à l'origine cintrée a été marouflée sur une toile rectangulaire laissant les angles nus de part et d'autre.

H. 33,1 cm ; L. 41,1 cm ; Ep. 2,4 cm ; Pds 1,8 kg (toile+cadre)

achat avec participation du FRAM

000.11.1

En savoir plus

Esquisse d'ensemble pour « Consolatrix Afflictorum », peinture murale de la lunette droite de la Chapelle de la Vierge à l'Eglise Saint-Eustache à Paris. Décoration de la chapelle commandée en 1851 et réalisée jusqu'en 1854. Les peintures murales comprennent trois compositions : lunette gauche : « Stella Maris », La Vierge étoile des Marins ; lunette droite : « Consolatrix Afflictorum », la Vierge consolatrice des Affligés; lunette centrale : « Mater Salvatoris », Glorification de la Vierge. Oeuvres en rapport également conservées au MUDO-Musée de l'Oise : « La prière » (Inv. 83.269, partie gauche de la peinture murale « Consolatrix Afflictorum ») et « Etude d'homme » (Inv. 68.448, étude pour « Stella Maris »).

Cette esquisse d'ensemble pour le panneau sud de la chapelle de la Vierge de l'église Saint-Eustache à Paris illustre la litanie « Consolatrix afflictorum », c'est-à-dire l'invocation à la Vierge consolatrice des affligés, l'un des thèmes les plus en vogue de l'iconographie mariale à l'époque. Couture choisit de placer ses figures dans un cadre paysager, où les cieux très assombris font écho aux difficultés humaines.