Le chemin montant, en 1873

ROLL Alfred

Paris, 1846 ; Paris, 1919

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / René-Gabriel Ojéda - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur toile. Cadre en bois mouluré à ornementations en feuille d'acanthe. Coups de pinceaux colorés au revers de la toile.

H. 38,2 cm ; L. 56 cm ; Ep. 3 cm ; Pds 6,4 Kg (cadre+toile)

donation

998.10.59

En savoir plus

Acquis par la donatrice à la galerie Coligny à Paris au mois d'avril 1993.

Le paysage traité pour lui-même apparaît comme rarissime dans l'œuvre d'Alfred Roll. D'un motif banal, celui d'un chemin pierreux et escarpé au milieu de broussailles, il parvient à donner une interprétation frappante, naturaliste, intéressante par l'absence d'horizon, le décalage de la mise en page vers la gauche, la facture riche et diversifiée : empâtements, touches carrées pour le terrain, longs traits souples du pinceau pour la végétation qui couvre partiellement la partie supérieure de la toile, à gauche et à droite, dégageant à peine l'espace du chemin libre sous le ciel mouvementé bleu, gris et blanc, en accord avec l'aspect sauvage de la nature décrite dans une gamme nuancée de verts et d'ocres. Pleine de sensibilité et de sincérité, cette toile tient à la fois de l'hommage à l'école de Barbizon, pour son attention au rendu de la matière, et à la nouvelle école de paysage par la sobriété du sujet. (Josette Galiègue, 2004)