La route sous la pluie, en 1854

BELLY Léon

Saint-Omer (Pas-de-Calais), 1827 ; Paris, 1877

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Hervé Lewandowski - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur carton prêt à peindre, peint en brun au revers. Cadre en bois doré.

H. 40,8 cm ; L. 31,2 cm ; Ep. 0,5 cm ; Pds 3,8 Kg (carton + cadre)

donation

998.10.8

En savoir plus

Belly a exposé en 1857 à Bordeaux deux tableaux sur le même thème de la pluie : « Après la pluie » et à Marseille « Après l'orage » (localisations actuelles inconnues) ; notre petite peinture est peut-être à mettre en rapport avec l'une de ces toiles.

Consacré peintre de l'Orient au Salon de 1853, Belly n'en est pas moins un paysagiste familier de la forêt de Fontainebleau. Dans cette œuvre, on perçoit sa tendance orientaliste dans la recherche d'effets lumineux éphémères. Le peintre met en évidence la route boueuse, luisante de flaques d'eau, après une pluie d'orage, un grand ciel encore mouvementé qui s'éclaircit à peine, le village à l'horizon peu distinct dans la brume d'été. […] Le cadrage est classique mais efficace. Les éléments s'équilibrent de part et d'autre du chemin tournant, à gauche, par le bosquet de peupliers, signe graphique vertical faisant écran à demi caché par une haie vive, à droite, par les courbes douces et concentriques des ornières, du bord herbeux du chemin, du champ de blé doré, animé de la seule note vive du rouge des coquelicots. Au centre dans l'ombre trois silhouettes, en dégradé creusent le motif. La facture est assez fine, la touche sait se faire légère pour illuminer les blés, plus épaisse pour rendre la masse compacte des nuages qui s'élèvent dans le ciel. (D'après Josette Galiègue, 2004)