La prière, vers 1856

COUTURE Thomas

Senlis, 1815 ; Villiers-le-Bel, 1879

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Thierry Ollivier - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre peint en noir.

H. 183,8 cm ; L. 127,8 cm ; Ep. 2,8 cm ; Pds 15 Kg (toile+cadre)

achat avec participation du FRAM

83.269

En savoir plus

Partie gauche du modèle pour le papier peint « La prière » (Manufacture Desfossé). Le motif est une adaptation de « Consolatrix Afflictorum », peinture murale de la lunette droite de la Chapelle de la Vierge à l'Eglise Saint-Eustache à Paris. Décoration de la chapelle commandée en 1851 et réalisée jusqu'en 1854. Les peintures murales comprennent trois compositions : lunette gauche : « Stella Maris », La Vierge étoile des Marins ; lunette droite : « Consolatrix Afflictorum », la Vierge consolatrice des Affligés; lunette centrale : « Mater Salvatoris », Glorification de la Vierge. Oeuvres en rapport également conservées au MUDO-Musée de l'Oise : «Le pèlerinage de la Vierge Marie » (Inv. 000.11.1, esquisse d'ensemble de « Consolatrix Afflictorum ») et « Etude d'homme » (Inv. 68.448, étude pour « Stella Maris »).

Entre 1851 et 1858, Thomas Couture réalise le seul décor religieux de sa carrière : celui de la chapelle de la Vierge dans l'église Saint-Eustache à Paris, pour laquelle il peint trois grandes compositions sur le thème des litanies de la Vierge. Le panneau sud illustre la litanie « Consolatrix afflictorum », c'est-à-dire l'invocation à la Vierge consolatrice des affligés. C'est ce sujet que Thomas Couture reprend pour un papier peint panoramique réalisé par le fabricant Jules Desfossé (1816-1891) et présenté à l'Exposition universelle de Londres en 1862. Notre tableau a très probablement servi d'étude à la composition de la partie gauche de ce papier peint, et non à celle du décor de l'église. En effet, la scène a subi quelques modifications. Pour satisfaire à l'exigence décorative du papier peint, le calvaire sur lequel s'appuyait la statue de la Vierge a disparu et les mendiants sont remplacés par un berger avec ses moutons.