Hercule et le lion de Némée, 2e moitié du 19e siècle

CHIFFLART François-Nicolas

Saint-Omer, 1825 ; Paris, 1901

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / René-Gabriel Ojéda - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Peinture à l'huile sur toile sur châssis. Cadre mouluré en bois doré à ornementations.

H. 32,5 cm ; L. 40,8 cm ; Ep. 2 cm ; Pds 1,6 Kg (toile + cadre)

achat

88.37

En savoir plus

La scène correspond au premier des douze travaux d'Hercule imposés à lui par Eurysthée, son cousin, roi de Tirynthe. Il s'agissait de débarrasser la région de Némée d'un lion qui semait la terreur et la mort, dévorant les troupeaux des bergers et les habitants. La légende dit qu'Hercule tua le lion en l'étranglant à mains nues, aucune arme n'ayant pu l'atteindre. La peau du lion, invulnérable, trophée de cette première épreuve, dont il se fit une armure, deviendra l'un des attributs du héros. Dans ce tableau, tout en camaïeu de bruns, Hercule, nu, écarte les mâchoires du lion à demi vaincu, le corps au sol.