Cabaret à la manière de Boulle, 4e quart du 19e siècle

Anonyme

ZOOMER: passer la souris

© RMN-Grand Palais (MUDO - Musée de l'Oise) / Thierry Ollivier - Utilisation des photographies soumise à autorisation

Cabaret composé d'un piètement chantourné dit « pied de biche » Louis XV, de traverses chantournées et d'un tiroir. Le corps supérieur est constitué d'un coffre, surmonté d'un dessus qui possède un couvercle et d'un tiroir en partie basse. L'ensemble du cabaret est marqueté de rinceaux d'acanthes, de guirlandes, de feuillages, de fruits, de bustes et têtes féminins et d'angelots en laiton sur fond d'écaille. La structure du piètement est réalisée en bois de chêne, hêtre, résineux et noyer pour les deux lambrequins rapportés. Les assemblages sont à tenons et mortaises et queues d'aronde. La structure du coffre et du couvercle est en bois de chêne, de hêtre, de tilleul et de résineux. Les assemblages sont à rainures et languettes, queues d'aronde et collages à plat joint. La marqueterie est réalisée en laiton gravé sur fond d'écaille. Le pourtour est souligné de filets en laiton et d'ébène pour les frises. L'intérieur du cabaret, les tiroirs, le coffre et le couvercle sont plaqués de bois exotique satiné. Les parties internes des pieds (trois faces) sont plaquées d'ébène et soulignées d'un filet de laiton sur les arêtes.

H. 136, 5 cm ; L. 89,5 cm ; P. 68,5 cm

legs

78.32

En savoir plus

Ce coffre dans le style Boulle est une illustration de la tendance éclectique. Bien qu'il n'en soit pas l'inventeur, Boulle développe au tournant des XVIIe et XVIIIe siècle un nouveau procédé consistant à découper un même motif sur ses deux matériaux de prédilection, le cuivre et l'écaille. Il obtient alors deux panneaux que l'on appelle partie et contre-partie. Le premier est en cuivre sur fond d‘écaille, tandis que le second est en écaille sur fond de cuivre. Passés de mode à sa mort en 1732, les meubles inspirés du style Boulle comme celui-ci connaissent à nouveau un grand succès sous le Second Empire.